Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog des semelles orthopédiques

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques ou orthèses plantaires. Nous allons comparer la semelle orthopédique active et passive. Des conseils concernant les semelles orthopédiques ainsi que les chaussures

Intérêt des semelles Kinépod sur les dermatoses traumatiques. Notre avis !

 

Les hyperkératoses mécaniques

 

Les hyperkératoses mécaniques sont des épaississements de l’épiderme qui sont induits par des microtraumatismes répétés au niveau de la peau. Ils sont causés par le frottement et la compression cutanée, principalement lors d’un conflit entre la chaussure et le pied. Les semelles Kinépod peuvent régler ce type de désagrément mécanique.

Sous les contraintes microtraumatiques, le processus de renouvellement des kératinocytes va s’accélérer, et entrainer un déséquilibre entre création et élimination (par desquamation) des cellules épidermiques. Ces cellules qui se chargent en kératine lorsqu’elles migrent vers la surface vont donc être en surnombre et provoquer une hyperkératose.

On différencie plusieurs types d’hyperkératoses mécaniques en fonction de leur topographie sur le pied.

 

•             Les cors

        Figure : Cor (héloma)

Figure : Cor (héloma) nettoyé en pédicurie.

 

Un cor est une induration siégeant le plus souvent sur la face dorsale d’un orteil, au niveau de l’articulation inter-phalangienne mais qui peut apparaître au niveau de toute saillie osseuse physiologique ou pathologique. Il va apparaître suite au frottement entre la peau et la chaussure.

Ce conflit sera favorisé par des déformations d’orteils (hallux valgus, orteils en griffes…) ou par un chaussant agressif (chaussure étroite, coutures proéminentes, repli d’une chaussette).

Un cor est une hyperkératose très localisée qui se développe en profondeur, il peut être défini comme un clou kératosique s’enfonçant vers l’os. Il est jaunâtre, dur, plus ou moins épais, et circulaire en surface (diamètre inférieur à 1cm) avec un centre souvent plus pâle et plus dur appelé le nucleus du cor.

À la différence d’une verrue, un cor n’est pas douloureux lorsqu’il est pincé entre le pouce et l’index (c’est de la peau morte non innervée et non vascularisée) ; mais il le sera à la pression par irritation des terminaisons nerveuses du derme. C’est cette douleur qui conduit à la consultation. Il peut se compliquer par la constitution d’une bourse séreuse de friction à entre le kératome et la pièce osseuse adjacente. Cette bourse séreuse (hygroma) aura tendance à s’enflammer en cas de

conflit persistant compliquant l’hyperkératose par une bursite. S’il n’est toujours pas pris en charge, il peut dans de rares cas, jusqu’à atteindre l’os provoquant une périostite puis une nécrose aseptique de celui-ci.

 

 

Figure : Évolution d'un cor

 

 

Un œil de perdrix est un cor mou entre deux orteils. Il est dû à un frottement entre deux saillies phalangiennes, le plus souvent entre le 4ème et le 5ème orteil. Dans cet espace fermé, la macération est importante et va rendre le cor mou, semblable à une lésion mycosique.

Ils vont par deux en se faisant face, se présentent sous la forme d’un point noir auréolé, sont souvent accompagnés d’une inflammation locale, et s’infectent facilement.

Ils sont favorisés par un chevauchement d’orteils ou une chaussure trop étroite.

 

 Figure : oeil de perdrix

 

             Les durillons et les callosités

 

Ce sont des hyperkératoses plus étendues, mais moins profondes qu’un cor. Elles sont habituellement situées à la face plantaire du pied sous les têtes métatarsiennes (les durillons) ou au niveau du talon (les callosités). Les premières sont causées par des troubles statiques du pied provoquant des zones d’hyperpression sur les têtes métatarsiennes, et les secondes apparaissent par compression des parties molles du talon.

Les durillons et les callosités sont généralement moins douloureux que les cors, mais des douleurs peuvent apparaître par le développement d’une ou plusieurs pointes cornées qui s’enfoncent dans la peau. Localisées à l’avant-pied, ces pointes sont généralement moins profondes, mais plus larges que le clou kératosique et peuvent se compliquer comme un cor (bursite, atteinte osseuse).

Au niveau du talon, des douleurs peuvent aussi apparaître, mais plutôt par fissuration des callosités, qui vont former des crevasses.

Figure : Durillons

 

 

 

•             Traitements des hyperkératoses mécaniques

 

En cas d’hyperkératose douloureuse, on va rechercher à retirer l’excédant de la couche cornée. Pour ce faire on peut faire appel à des soins de pédicurie, où l’ablation de l’hyperkératose sera mécanique. On peut utiliser différents outils : gouge (instrument tranchant concave en demi-canal), bistouri (petit couteau de chirurgie), turbine (mini-perceuse). Réalisée par un professionnel, c’est une méthode très efficace.

Les kératolytiques ou coricides sont également fréquemment utilisés. Ce sont des préparations à base d’acide salicylique ou d’acide lactique généralement sous forme de pommade. On obtient de bons résultats avec une application quotidienne en 5 à 8 jours.

Leur principal inconvénient est qu’ils risquent d’attaquer la peau saine environnante, celle-ci sera donc protégée par une rondelle de feutre adhésif (où le coricide est isolé au centre de la rondelle). On utilisera ces kératolytiques au repos pour éviter tout frottement qui déplacerait le pansement, on conseillera donc une mise en place le soir jusqu’au lendemain matin. Ces agents chimiques ne doivent être utilisés que sur une peau non lésée.

 

En journée, pendant la durée du traitement, on pourra se servir de pièces de mousse ou de silicone pour protéger les zones de conflits. Pour un œil de perdrix, on utilisera par exemple un anneau de mousse entre les orteils lésés ; alors que pour un cor digital dorsal, on se servira plutôt d’un tube ou d’un manchon à enfiler sur l’orteil malade.

 

On traitera et préviendra des crevasses par l’usage de crèmes hydratantes pour lutter contre le dessèchement cutané. On notera d’ailleurs que la sécheresse de la peau favorise la kératinisation de l’épiderme.

 

Pour éviter une récidive rapide de la pathologie et pour en accélérer la guérison, le traitement doit passer par l’identification et la prise en charge de la cause du conflit entre le pied et la chaussure.

Pour soulager des durillons, les semelles Kinépod sont souvent très efficaces, elles permettent de réajuster les zones de pressions du pied. Il peut être envisagé d’ajouter des éléments de décharge sous la semelle Kinépod dans les cas extrêmes, surtout pour les cors.

Figure : Semelle Kinépod Confort (avec décharge)

 

Pour les cors, dus à un conflit entre deux orteils, on limitera les frottements par le port d’une orthoplastie. On corrigera dans tous les cas les erreurs de chaussage.

 

On pourra aussi conseiller dans les cas d’hyperkératoses diffuses,  un ponçage de la plante des pieds avec une lime à durillon ou une pierre ponce. Il pourra être précédé d’un bain de pied d’une vingtaine de minutes dans l’eau tiède, pour  ramollir les peaux mortes et favoriser leur élimination.

 

 

 

Christophe OTTE,

Orthokinésiste-Posturologue,

dipl. : podologue, orthopédiste, physiothérapeute-kinésithérapeute, ostéopathe.

Chargé de cours et de formation en Orthokinésie

 

Avis semelle Kinépod, Clinique OPS - Utilisateur

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La semelle orthopédique

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques, différents articles sur les types de pieds (pieds creux, pieds plats,...), la physiologie du pied, la semelle orthopédique innovante et ses fonctions, le prix, les chassures conseillées.
Voir le profil de La semelle orthopédique sur le portail Overblog

Commenter cet article

Zuidberg Martine 18/04/2020 08:01

Je confirme que je n'ai plus de durillons avec mes semelles kinepod

La semelle orthopédique 18/04/2020 08:35

Avis semelle Kinépod / clinique OPS - utilisateur :
nous vous remercions pour votre témoignage en tant qu'utilisateur des semelles Kinépod