Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog des semelles orthopédiques

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques ou orthèses plantaires. Nous allons comparer la semelle orthopédique active et passive. Des conseils concernant les semelles orthopédiques ainsi que les chaussures

La semelle Kinépod est-elle adaptée pour le football ? Notre avis !

Il est en effet possible d’obtenir des semelles Kinépod sur mesure adaptées au football. Avant toute chose, il faut choisir la chaussure adaptée à son activité. Voici les bases de la chaussure de football !

 

a.           La tige de la chaussure de football

La tige est la partie qui accueille le pied. En football, elle aura pour spécificité d’optimiser le toucher de balle.

La tige peut être confectionnée en cuir ou en synthétique. Les tiges en cuir, très souple épousent parfaitement la forme du pied et permettent d’excellentes sensations au niveau du toucher de balle, mais nécessitent un entretien régulier.

Le synthétique est traditionnellement utilisé pour sa facilité d’entretien et sa plus grande résistance par rapport au cuir, par contre il a tendance à offrir une moindre sensation de la balle et à être moins respirant.

Le travail des équipementiers permet aujourd’hui la réalisation de matériaux synthétiques qui tendent à se rapprocher du cuir en termes de souplesse et de légèreté. Beaucoup de chaussures récentes et utilisées dans le haut niveau sont ainsi en synthétique.

Le cuir de kangourou, très fin, très souple et résistant reste tout de même pour beaucoup le nec plus ultra.

Le système de fermeture doit être précis, le laçage convient parfaitement. Il est excentré sur le côté et/ou recouvert par une languette de rabat pour préserver une surface homogène sur le coup de pied. Cette précaution permet un jeu de balle plus sûr. La languette sera préférée longue et matelassée pour protéger le coup de pied lors des frappes.

La tige est basse et préserve ainsi une grande liberté du pied pour les déplacements multidirectionnels, le contrôle du ballon et la réactivité nécessaire à la rapidité du jeu.

Mais le pied, très sollicité, nécessite également un très bon maintien. La tige est donc renforcée à l’arrière par un contrefort rigide pour protéger la cheville (entorses) et le tendon calcanéen (notamment lors des tacles glissés). Ce contrefort reste plus bas que sur d’autres chaussures de sport, donc moins protecteur, pour garder une totale liberté de la cheville.

La tige sera ajustée à la forme du pied au plus juste. La chaussure de football est assez étroite, pour que le pied soit « gainé » par la tige (pour le maintien du pied et le toucher de balle). On peut signaler ici que les chaussures de football Adidas® ont la réputation d’être plus étroites que celles de leur concurrent principal, Nike®. Dans tous les cas, il faudra prendre le temps d’essayer les chaussures.

Avec la légère détention du cuir à l’usage, le footballeur choisi généralement sa chaussure une demi-pointure inférieure à sa taille réelle.

L’extrémité antérieure était auparavant dure pour protéger correctement les orteils des chocs avec la balle, mais elle est aujourd’hui souple pour privilégier le contrôle du ballon.

Malgré les éléments protecteurs (contrefort, languette), on voit que la conception de la tige privilégie le toucher de balle (chaussage souple et étroit, tige basse) à la protection du pied. Le pied reste ainsi fortement exposé aux microtraumatismes lors des frappes de balle ou par conflit pied- chaussure.

 

b.           Les semelles de la chaussure de football

 

Les semelles de la chaussure de football sont très variables. Elles diffèrent avec la nature du terrain.

Le football se pratique traditionnellement sur une pelouse de gazon naturel, où les caractéristiques du terrain varient en fonction de la météo. Le terrain peut être dur (si le sol est gelé ou très sec) et il s’assouplira avec l’humidité jusqu’à devenir gras en cas de fortes pluies.

On trouve aussi de plus en plus de terrains avec des pelouses synthétiques (en plastique) ou des sols stabilisés (terre battue, sable…), pour réduire les coûts d’entretien et permettre de plus grandes fréquences d’utilisation, à l’abri des caprices des intempéries.

Il faut noter que les terrains synthétiques sont en constante évolution et leurs caractéristiques, notamment de souplesse peuvent différer.

Le football peut aussi se pratiquer en salle ou sur macadam.

La chaussure de football comporte généralement des crampons sous la semelle extérieure. On désigne d’ailleurs communément une paire de chaussures de football sous le terme de « crampons ». Le cramponnage des semelles a pour but d’améliorer l’accroche sur le terrain et d’éviter de glisser lors des changements brusques de vitesse ou de direction.

Leur position est adaptée à leur fonction : sous le talon ils servent au freinage, sous l’avant-pied ils permettent des démarrages rapides, et sous le tarse ils participent à la stabilisation et au bon déroulement du pied.

Les crampons sont à choisir pour un équilibre optimal entre glissance, accroche et stabilité sur le terrain, leur taille sera inversement proportionnelle à la dureté du terrain.

 

•             Le choix des semelles

 

Nous allons à présent décrire les différents types de semelles à utiliser en fonction de la nature du sol.

 

o            Terrain intérieur : parquet, ciment

 

Pour le football en salle (futsal), on utilise des semelles lisses striées, dépourvues de tout crampon. La semelle est souple, en caoutchouc. Pour améliorer le confort et l’amorti des chocs, on utilise des modèles équipés d’une légère semelle intermédiaire amortissante (en EVA généralement).

Figure : Chaussures de foot en salle

 

o            Terrain très dur : bitume, sols stabilisés (terre battue…), herbe gelée

 

La semelle intermédiaire est choisie amortissante (EVA). La semelle externe est souple, en caoutchouc. Elle comporte des reliefs pour améliorer l’accroche, elle est appelée semelle stabilisée, semelle à picot ou semelle turf multicrampons.

Figure : Chaussures à semelle stabilisée

 

o            Terrain dur : pelouse synthétique, pelouse naturelle très sèche

 

Sur sols durs ou plus souvent appelés sols secs, la semelle externe est semi-rigide et plate pour recevoir les crampons. Elle est réalisée en plastiques composites légers et rigides (polyuréthane thermoformé le plus souvent). Elle doit toujours comporter une zone de flexion sous l’avant-pied pour le déroulé du pied.

Le terrain est suffisamment souple pour s’abstenir d’amorti au niveau de la semelle intermédiaire. Mais la présence d’une semelle interne antichoc permet de limiter les contraintes liées à la rigidité de la semelle, on utilise le plus souvent 2mm de polyuréthane (souple et amortissant).

Sur ces sols durs, on peut utiliser des semelles moulées classiques ou des semelles moulés multicrampons.

 

Les semelles moulées multicrampons sont faites de petits crampons ronds, homogènes, en caoutchouc, résistants à l’abrasion. Il y en a généralement 24 à 28 répartis sous la semelle. Ils sont aujourd’hui assez peu utilisés. Une chaussure stabilisée est souvent préférée pour les sols synthétiques à « herbe » rase (assez dur) et des crampons moulés classiques sur une pelouse sèche.

 

 

Figure : Semelle moulées multicrampons

 

Les crampons moulés classiques sont ronds, ont tous la même taille, et sont au nombre de 12 à 18. Il y en a généralement 4 sous le talon et 8 sous l’avant-pied (7 sur les bords et 1 au centre).

Ils sont destinés à des terrains un peu plus souples que les multicrampons, mais sont polyvalents.

 

Figure : Chaussures à crampons moulés classiques

Figure : Chaussures à crampons moulés modernes.

o Terrain souple : pelouse naturelle légèrement humidifiée

Un terrain souple est un terrain optimal pour le football. Comme précédemment, la semelle externe est plate et rigide (dynamique), la semelle intermédiaire absente et la semelle interne antichoc.

On peut utiliser ici des chaussures à crampons moulés classiques ou à crampons moulés à lamelles.

 

Les crampons moulés à lamelles sont parfois appelés crampons elliptiques. Ils ont chacun une forme et une taille différente en fonction de leur position sous la semelle, pour avoir une meilleure répartition des appuis. Ils sont en matériaux plastiques rigides (thermo-polyuréthane). Ils sont plus longs et plus larges que les crampons classiques, et biseautés pour augmenter l’accroche sur le terrain. Ils sont par contre moins confortables, plus tranchants et plus dangereux pour l’adversaire lors des tacles. Ils sont souvent au nombre de 14,  4 au niveau du talon et 10 à l’avant de la chaussure.

Ces crampons à lamelles sont les crampons dernière génération, ils sont apparus au milieu des années 90 et ont depuis conquis un grande part du marché de la chaussure de football (80 à 90% des ventes actuelles). Ils sont plébiscités par les joueurs pour leur accroche, par les jeunes pour leur look moderne, ils constituent la majorité des chaussures misent sur le marché par les marques. Le développement en parallèle des pelouses synthétiques a conduit à une surutilisation de ces crampons sur des sols auxquels ils ne sont pas adaptés.

 

Comme ils accrochent plus que les crampons classiques, ils augmentent les contraintes sur le joueur lors des changements brusques de direction. Ces contraintes sont un facteur de risque de blessures (entorses notamment). Ils sont ainsi montrés du doigt par les professionnels de santé du sport.

Ils ont tendance à être conseillés sur les pelouses synthétiques dites de dernière génération (plus souple), mais sont à proscrire des pelouses naturelles sèches.

 

Figure : Chaussure à crampons moulés à lamelles

 

o Terrain très souple : pelouse naturelle grasse (pluie, boue)

Pour les terrains très souples, les semelles sont identiques (rigides et dynamiques) et on utilise des crampons vissés.

Les crampons vissés sont des crampons qui se vissent sous la semelle et qui sont donc interchangeables. Ils sont longs et fins pour s’enfoncer dans le sol et apporter une meilleure traction.

Ils sont réduits au nombre de 6, 2 sous le talon et 4 sous l’avant-pied, pour éviter que le terre se colle entre les reliefs de la chaussure.

Si le terrain est très gras (boue), il faut utiliser de longs crampons en aluminium de 18mm. Si le terrain est un peu plus sec, il faut préférer des crampons en nylon de 13mm.

 

Les crampons vissés sont très durs et le plus souvent interdits aux enfants (moins de 13ans), pour limiter les blessures.

 

Figure : Chaussure à crampons vissés

 

La chaussure de football doit donc répondre à deux objectifs spécifiques au jeu : améliorer le contrôle du ballon, et conférer au joueur une accroche adéquate en fonction du terrain. Les innovations des équipementiers vont dans ce sens, mais cela se fait au détriment de la fonction protectrice de la chaussure. Ainsi la protection réduite du pied et l’accélération du jeu ces dernières années, font du footballeur un sportif qui reste très exposé aux blessures notamment au niveau de la cheville (entorses, syndrome du carrefour postérieur de la cheville, syndrome exostosant antérieur…).

 

Pour limiter les microtraumatismes du pied, le footballeur devra impérativement utiliser une chaussure adaptée à son pied et au terrain sur lequel il joue. Le footballeur aura ainsi au moins deux paires de chaussures, pour faire face aux différentes conditions de jeu.

 

Notre avis sur la semelle Kinépod pour le football:

Il faut tout d’abord privilégier la semelle Kinépod Sport « sur mesure » pour la coupler à la chaussure de football. La semelle Kinépod Sport de football est à la fois amortissante, propulsive, stabilisante,  adaptée à de grosses variations de terrain et aux changements de direction brutaux.  La semelle Kinépod pour le foot est plus fine et plus discrète parce que la chaussure de football est très étroite. La semelle Kinépod peut aussi être adaptée au type de terrain.

Un Bilan postural OPS est nécessaire pour détecter des troubles biomécaniques et les corriger via la confection d’une semelle Kinépod personnalisée parfaitement adaptée aux propriétés de la haute montagne.

 

 

Christophe OTTE,

Orthokinésiste-Posturologue,

dipl. : podologue, orthopédiste, physiothérapeute-kinésithérapeute, ostéopathe.

Chargé de cours et de formation en Orthokinésie

 

Avis semelle Kinépod, Clinique OPS- utilisateur

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La semelle orthopédique

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques, différents articles sur les types de pieds (pieds creux, pieds plats,...), la physiologie du pied, la semelle orthopédique innovante et ses fonctions, le prix, les chassures conseillées.
Voir le profil de La semelle orthopédique sur le portail Overblog

Commenter cet article