Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog des semelles orthopédiques

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques ou orthèses plantaires. Nous allons comparer la semelle orthopédique active et passive. Des conseils concernant les semelles orthopédiques ainsi que les chaussures

A quoi servent des semelles orthopédiques passives ? Notre avis.

 

Tout le monde sait ce qu’est une semelle orthopédique. Par contre, que veux dire “passif”?

 

Le mot passif nous informe que la semelle orthopédique immobilise le pied. Elle a l’objectif de l’empêcher de se mouvoir. Par ce fait, elle met toutes les structures du pied au repos (muscles et articulations).

    Figure : semelle orthopédique Kinépod "passive"

Figure : la semelle orthopédique Kinépod "passive" bloque le mouvement d'élasticité du pied.

 

Quelque soit le professionnel de la santé qui prescript des semelles orthopédiques passives, il le fait dans le seul objectif de soulager le patient de ses douleurs.

 

Une minerve, un collier cervical sont des outils orthopédiques “passifs”. On les porte pour soulager une douleur qui est susceptible de se réveiller par le moindre mouvement. Lorsqu’un patient souffre d’une cervicalgie, suite à un coup du lapin arrivé lors d’un accident de voiture, il ne peut qu’être heureux d’avoir une minerve à portée de main.

Cette minerve a la même fonction qu’un plâtre. Elle aide la cicatrisation des tissus lésés en phase aiguë.

Figure : minerve cervicale "passive"

Figure : collier cervical "passif"

La semelle orthopédique passive est tout à fait comparable à une minerve ou un plâtre selon la réduction de la mobilité du pied.

 

Le monde industriel de la chaussure a très bien compris cet effet “antalgique”, dit “confort”. Il a aussi constaté que l’homme est, par nature, fainéant et impatient. C’est pour cette raison que le marché de la chaussure est envahi de chaussure “passive”. Des chaussures qui répondent à la réduction de mouvement du pied. On les retrouve couramment chez les chaussures pour enfant, les chaussures de course à pied, les sandales en liège et les chaussures de ville à talon.

 

Figures : la chaussure de ville habillée soutient la voûte plantaire et bloque le mouvement du talon par un contrefort et une semelle rigides.

Figure : la chaussure de sport soutient la voûte plantaire et bloque le mouvement du pied lorsqu'elle a des renforts anti-pronation.

Figures : la sandale en liège soutient la voûte plantaire et bloque le mouvement du pied durant la marche.

 

Figures : les chaussures d'hiver pour enfant soutiennent la voûte plantaire et la cheville. L'épaisseur de la semelle rigide empêche de pied de se dérouler durant la marche.

 

En lisant cet article, des questions vous viennent automatiquement en tête :

Combien de temps faut-il les porter ? Est-ce qu’il y a des complications possibles à les porter excessivement ? Ai-je mal fait de proposer ce type de chaussures à mes enfants ?...

 

Vous connaissez pourtant tous les réponses essentielles :

Combien de temps gardez-vous une minerve ou un plâtre ? Que se passe-t-il si on les garde trop longtemps ? Combien de temps devons-nous prendre des médicaments anti-inflammatoires ?

 

Il est bien connu que l’immobilisation prolongée favorise des séquelles articulaires et musculaires. L’organe immobilisé s’ankylose et ses muscles s’atrophient.

Une immobilisation doit être limitée à 6-8 semaines grand maximum. Au-delà, vous rendez votre corps dépendant de l’outil “passif” quel qu’il soit !

 

Un anti-inflammatoire ne peut pas être ingéré à vie par peur que l’inflammation revienne ! C’est une idée dépassée qui n’a rien de préventif. Dès que l’inflammation a disparu, le médicament n’a plus de raison à être pris. Comme pour tout excès, il se répercute des effets secondaires.

 

À ses premiers pas, le pied de l’enfant commence à travailler musculairement. Il lui faudra plusieurs années pour acquérir une bonne musculature. Pour cette raison, il n’est pas concevable de lui mettre des bottines rigides “passives”.

 

Il est temps que le peuple sorte de sa zone de confort. Il faut revenir au pied naturel. Pour ce faire, il est conseillé de marcher pieds nus à la maison et de porter des chaussures fines, plates et souples autant que possible.

Figure : la marche pieds nus est conseillée à la maison pour l'enfant et l'adulte !

Figure : il existe beaucoup de modèles "minimaliste". Fines, souples et légères.

 

Il faut être progressif !

 

Ce changement doit être progressif pour les adultes qui ont porté des chaussures ou des semelles orthopédiques “passives”. C’est pour cette raison qu’il souhaitable d’effectuer un bilan postural OPS afin de connaître le niveau de déficience corporelle. Il est important de savoir qu’il existe des outils de rééducation “actifs”. Ces semelles orthopédiques “actives” permettent de stimuler le pied déficient pour l’aider à se mouvoir naturellement.

 

Figure : la semelle orthopédique Kinépod "active" est consitituée d'un matériau dynamique, le carbonésate.

Figure : la semelle orthopédique Kinépod "active" stimule le mouvement d'élasticité du pied.

 

 

Christophe OTTE,

Orthokinésiste-Posturologue,

dipl. : podologue, orthopédiste, physiothérapeute-kinésithérapeute, ostéopathe.

Chargé de cours et de formation en Orthokinésie

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La semelle orthopédique

Bienvenue sur le blog des semelles orthopédiques, différents articles sur les types de pieds (pieds creux, pieds plats,...), la physiologie du pied, la semelle orthopédique innovante et ses fonctions, le prix, les chassures conseillées.
Voir le profil de La semelle orthopédique sur le portail Overblog

Commenter cet article

Terry Gros 22/04/2020 14:02

En tant qu'utlisateur régulier, je dois dire être enchanté de mes semelles Kinépod. D'après mon orthokinésiste, je ne devrais plus en porter. Mais tant qu'elle tienne, je les garde. Ca ne peut que faire du bien. A mon avis, tout le monde devrait faire un bilan postural clinique OPS